Le parlanjhe en chançun

O vénghit in ordre dau roe (chanson)

Cette chanson du « déserteur poitevin » fait partie de la collecte de Jérôme Bujeaud à la fin du XIXe iècle et on peut encore l’entendre, transmise par la tradition orale. Elle  connait de nombreuses  variantes. Les plus récentes portent le titre du Mandement. Nous avons retenu les couplets 1-5, 7, 9. Elle est chantée dans le CD Chants de Noël et de protestation par Paul Tellier (La Soulère-UPCP-Métive)

 Pr alàe a la ghére.
Çh’étét prtant meù mun métàe
De labouràe la tére.
Pllant(e) çhi més aguelluns,
Mun baetall é mes selluns.

İ m’en anghi loén d’içhi
Jhusqu’au bout de la tére.
Tots lés abitants dau péyis
S’apeliant militaeres.
O falit pr maleù ( r )
Chanjhàe mun mum pr le leù.

Le m(e) dounirant in grand chapea
Qui me pllését jha ghère.
Le me metirant su le dos
Ine grande jhibecére,
Ine broche a mun coutai,
Su m(e)n épale in boes prçai.

Le me métirant de facciun
Darére ine citadéle.
Çhélés qui saviant poet mun num
M’apelirant sentinéle.
– Sentinelle, dormez-vous ?
– I nun jha, car i sé debout.

Ol en avét su daus chevàus
Qui fasiant bé leùs màetres.
L’aviant daus grands pllumes de jhàu
A l’entour de leùs tàetes,
É pi pr dare leùs taluns
Mae de cent poéntes d’aguelluns. (…)

Le m’enm(e)nirant den in grand chanp
Que l’apeliant chanp de batalle.
Jhamae i avàe vu tant de jhents
Autour de més ouralles.
Le bauliant queme daus loups
Qu’i aràe tirai pr la coue. (…)

I entendi çheùque chouse qui sifllét
Autour de més ouralles.
Vite i trchi den mun bounét,
Créyi qu’étét le diablle.
I jheti dare mun fusi
Pri ma course é m’enfouyi.

o vénghit : il vint
mun métàe : mon métier
aguelluns : aiguillons

 

 

çhi : ici

 

 

 

i m’en anghi : je m’en allai
jha ghére : ne… guère

 
le me metirant : ils me mirent

 

 

 

i nun jha : moi, pas du tout

 

jhàu : coq
dare : derrière, en arrière

 

 

le bauliant : ils hurlaient
qu’i aràe tirai : que j’aurais tiré
la coue : la queue

 

i trchi : je cherchai

 

créyi : je crus

Jérôme Bujeaud, Chants et chansons populaires des provinces de l’Ouest, Réimpression de l’édition de Niort, 1895, Marseille, Laffitte Reprints, 1975, t. II, p. 238-340.

L’aviant daus grands pllumes de jhàu. Le bauliant queme daus loups. Çhélés qui saviant poet mun num…

L’IMPARFAIT de L’INDICATIF

I avàe/Jh’ avi daus pllumes. Te baulàes/baulis. A baulét.

I/Jhe saviun poet sun num. V’o saviéz poet. Al ou/a z-ou saviant poet.

L’imparfait de l’indicatif est formé en « i » [j] à toutes les personnes dans le sud du domaine poitevin-saintongeais, et au nord seulement au singulier. Ces formes rappellent une des désinences occitanes de l’imparfait, ce qui rappelle que le sud de la région a été de langue occitane.

ghére   çhélés    « GH » (dj…) et « ÇH » (tch…)

En poitevin-saintongeais on prononce [gj]/[j] et [kj]/[tj]/[tʃ] le /g/ et le /k/ devant les voyelles d’avant : [i], [y] (u), [œ], [Ø] (eu) : ghére, ghi, çhélés, çhau, çhitàe.

Les démonstratifs poitevins-saintongeais ont tous été d’abord des formes en [k], comme en occitan : au sud, à l’est et en bordure nord de la zone poitevine-saintongeaise ces formes en [k] se retrouvent aujourd’hui, tandis qu’au centre elles ont évolué, depuis les XVIe-XVIIe siècles, vers des formes en [kj], [tʃ], [tj]… notées ici « çh » : çheù draule, çhéte draulaesse…

NB La prononciation varie légèrement selon les lieux et les auteurs la notent de différentes façons : « th », « ti », « tch », « thi », « ty » ; gui, gh, gy, y… La graphie normalisée de l’UPCP note « çh » et « gh » ces variantes qui correspondent à une même tendance à prononcer en avant (palataliser), souvent avec un [j],  les consonnes [k] et [g] en général devant voyelle antérieure.

Laisser un commentaire