Lés atelàes de parlanjhe : quoe de neù ?

  • Vouillé-79 à la Maison des Associations, avec l’atelier Patrimoine et Parlanjhe Vivant (05 49 05 93 00), le lundi, 17h-19h, sauve pendant lés vacances daus écoles.
  • Poitiers-86 à la faculté des lettres et des langues, salle B114, avec le Club de langues régionales et Parlanjhe Vivant (07 86 52 96 23), le lundi, 17h-19h, sauf une fois par mois, pour les conférences-débats « Les langues régionales aneùt : qu’es aquò ? » à 18h.
  • Vendeuvre-86à la demande : 05 49 51 52 28.
  • La Roche-sur-Yon-85, à Moulin Sec, La Roche (85), avéc Arantéle, a demi lés jheùdis, a 8 eùres é demi dau sér (20h30) en quemençant le 8 d’octobre : 02 51 05 54 24 lasoulere@orange.fr.
  • Courçon d’Aunis (17) à la Salle des Associations, chaque 3e jeudi du mois à 18h30, avec Passeurs de parlanjhes (06 84 11 82 31).
  • St Léger de la Martinière-79, a ras Melle, a la sale dau Foyer Rural, le 23 de jhanvié 2015 a 2 eùres é demi (14h30-17h) : atelié de parlanjhe avéc la section Patrimoine  du Foyer Rural . Renseignements: 05 49 27 15 48 ou 05 49 05 93 00).

In écrit en parlanjhe  a l’atelàe-cours de Saint Léger de la Martinière-79 (novenbre 2015).

Ecrit pr Nadine Proust, arivàie a l’atelàe en octoubre 2015.
La demande étét : racuntéz queùque chouse çhi vous at fét biscàe.

I l’avàe vu su çhau catalogue ! Bén vitement i ae  su qu’ol étét çheù qu’o me felét !
I ae bén renplli le bun é i l’ae envéyai.
I me veyàe déjha en trén d’alignàe més pots de cunfitures su çhés petites étajhéres ; i y métràe in petit galun bén au bord pr faere core pu jholi.
A ! ol at pa barjhegnai ! deùs jhours enpràe, l’aviant retirai més sous !
Mé o felit que i aténe çhénze jhours pr recevre mun paçhét ; é queù paçhét !
Quant i l’ouvri, ol avét mine de rén : daus pllanches qu’étiant colàies lés ines su lés àutres é in pochun de vis, de bouluns pi ine méchante cllai é enfin in papàe.
Su çhau maleùreùs papàe o y avét d’écrit : « facile a monter »
I ae pris mun courajhe a deùs moéns, é la cllai de l’àutre pi i me sé mise a l’ouvrajhe.
É ! bé ! vous me créréz si vous veléz, lés mundes, in coublle d’eùres pu tard, i y étàe core, é ol avét core mine de rén.
Lés planches aviant bé in numéro é daus létres, mé o tenét pa.
É tourne zou, vire zou, o ressenbllét rén a la foto dau catalogue.
A ! ça pr biscàe, i ae biscai !
Le sàe i ae étai me couchàe qu’ol étét méneùt passai ! tarze a crvàe !
Le desant que la neùt porte cunséll ! Mé pa besén de vous dire que i ae pa bén dormi : toute la neùt o y at oghu çheùqu’in çhi se penchét su mun épale é çhi me marmounét den le creù de l’orélle : « facile à monter, facile à monter »…  Quant i me sé révéllàie, i étét éssoràie !
I m’y sé remise quant maeme, mé i y créyàe pu. O m’avét copai le boere é le ménjhàe.
Toute la matinàie qu’i y ae passai é ol avét pa avançai : o tenét pa, o tenét pa !
I ae fini pr garochàe çhéte cllai é çhés bouluns. I ae pris daus buns cllous é i ae fét in bea tét a lapin avéc lés pllanches
É més pots de cunfitures i cuntinue a lés rénjhàe su çhéte boune pllanche que mun grand-pére avét énstalai den le pllanchét…

Laisser un commentaire