Etuderies su le parlanjhe

6-EtuderiesJournée d’étude « Dialectes d’oïl, oralité(s) et écriture(s) : points de vue sociolinguistiques (approches, théories, pratiques) » organisée par Fabrice Jejcic (CNRS-Paris 1-LAMOP) et Jean-Léo Léonard (Paris 4-STIH) au CNRS à Villejuif (Paris), 9 de décenbre 2015.

Den çhéte jhornàie d’étuderie su lés façuns de métre en écrit lés parlanjhes d’oïl ol ayit daus présentaciuns su lés écrivajhes d’auteùrs de vér le « bassin parisién » (Fabrice Jejcic, « Écritures dialectales (1865-1997) : éléments pour une théorie sociolinguistique des systèmes graphiques »), pi su lés écrivajhes daus VIIe-IXe séclles (Michel Banniard), quant ol tét entr latin pi parlanjhes d’oïl; pi ine causerie su le mot « patois » den daus écrivajhes anciéns, étou. E quatre étuderies su le grafanjhe daus parlanjhes d’oïl d’aneùt:

  • le picard, avéc Alain Dawson pi Liudmila Smirnova : « Et pourtant ils écrivent… Le picard, le linguiste, l’écrivain et le profane en 2015 » pi Jean-Marie Braillon: « Nécessité d’une graphie cohérente pour le picard et tentative d’une graphie supra-dialectale. »
  • le poetevin-séntunjhaes, avéc Liliane Jagueneau: « Une graphie commune pour le poitevin-saintongeais, entre pragmatisme et innovation »
  • le poetevin-séntunjhaes, le galo, le bourghignun-morvandiau, le normand avéc Jean-Léo Léonard: « Typologie sociographémique de corpus d’oïl : normand, gallo et bourguignon-morvandiau »

En résumi o se vét que den touts çhés parlanjhes o se fasit daus grafanjhes pa queme en françaes, mé pa parélls entr zeùs nun pu, ménme si çhés qu’o fesant velant trjhou:

  • faere bé vere çheù qu’ét pa queme en françaes
  • faere vere que den chéquin de çhés parlanjhes ol at daus afaeres parélles
  • mé faere vere étou qu’ol at daus pronunciaciuns pa parélles,

Pr le parlanjhe poetevin-séntunjhaes, le grafanjhe nourmalesi de l’UPCP-Métive seyit présentai a partir d’ine grille d’analise féte pr Jean-Léo Léonard ac Liliane Jagueneau (paru den Bulletin de la Sociétai de Linguistique de Paris n° 108/1, 2013), a partir de Goffman (Le stigmate) pi d’ençhétes aupràe daus « aménajhours » daus parlanjhes d’oïl. O fét vere quement qu’ol ét propousai pa rén qu’in grafanjhe neù (« innovation »), mé ine àutre façun de vere le parlanjhe, étou: o fét vere quement qu’o marche, pa a l’asard mé de façun régllàie (« conscientisation »), pr éxenplle pr lés varbes, oube pr faere cunprenre que lés fins de mots en « ea » (« eau » en françaes) sant daus variantes d’ine ménme fourme « ea », l’o z-écrivant de ménme, pi chéquin pet ou dire « ea », « ia », « è », « ua »… Paréll pr lés [k] pi lés [g] avant « i », « eu » oube « e » çhi se disant en avant ac ine « palatalisaciun »: « tch », « ty », oube queme le « ç » de l’alemand: o s’écrit « çh » (queme ché Jônain), pi o se dit d’ine façun obe d’ine àutre (« normalisation »). De ménme çhés qu’écrivant sunjhant qu’ol at d’àutres façuns de dire allour çhi sant pa parélles, pi parélles quant ménme (« désenclavement »). Ménme si toutes lés létres de çhau grafanjhe sant çhéles-lala dau françaes (« pragmatisme »), ol at ine part d’énvenciun queme lés « àe », « eù », « àu », pr marcàe daus diftungues oube daus pronunciaciuns pa parélles, oube le « ll » mi pa rén qu’apràe « i » queme en françaes, mé tout le tenp (felle, all, llénàe…). De ménme çhés qu’écrivant sant de part pr faere vivàe ensenblle le parlanjhe, ac daus moéyéns neùs (« protagonisme »). O pet ménme se dire que çhau grafanjhe propouse daus « rectificaciuns » çhi seriant utiles pr le françaes étou (« polyvalence ») : pa de cunsoune doublle (atisàe, aprendre, coumode, oume, fame…), lés « ph », « ti » pr marcàe « si »… chanjhais en pr « f », « ci »…

Çhau grafanjhe sért a grous de munde, surtout çhés qui sant acoutumais d’écrire pa rén qu’en françaes, oube çhés çhi sant d’assent pr faere vere l’unetai dau parlanjhe. O n-en at quant ménme mae d’in çhi seriant pr vere s’o perét pa s’arenjhàe autrement a daus mouments, queme o seyit fét den Les Parlers de L’Epine et de l’île de Noirmoutier (Colette Devineau, Geste éditions, 2015) pr marcàe ine oube deùs pronunciaciuns dau nord-oest de la Vendàie.

Apràe çhéte jhornàie o se dessit qu’o fàut cuntinuàe d’étudiàe quement que lés grafanjhes d’oïl marchant, çheù qu’at rén que quemençai de se faere.

Lire le texte complet en français : « Une graphie commune pour le poitevin-saintongeais ».

Laisser un commentaire