Le parlanjhe en chançun : « Ol ét la felle d’in labourour »

Pr chantàe çhéte chançun de tradiciun, ve pevéz ou z-écoutàe.

Ol ét la felle d’in labourour (bis)

Un dit qu’al ét tant béle

O, o o o o o

Un dit qu’al ét tant béle o

Un dit qu’al at tant d’amourous (bis)

Qu’a ne sét lequeù préndre

O, o o o o o

Qu’a ne sét lequeù préndre o

Moe jh’un daus vaches avéc daus beùs (bis)

Daus sous pllén més chaucétes

O, o o o o o

Daus sous pllén més chaucétes o

Moe jh’un dau bllai pllén mun grnàe (bis)

Mun pére ol ét le maere

O, o o o o o

Mun pére ol ét le maere o

Passéz, passéz, riches galands, (bis)

Jhe vau poént de mariajhe

O, o o o o o

Jhe vau poént de mariajhe o.

Ol ét : c’est

 

 

 

 

jh’/jhe: je ou nous. Ici nous

 

dau bllai, daus béùs, daus sous, daus vaches: article partitif ou indéfini, masc. sing. et pluriel.

 

En Saintonge on trouve « dau » au singulier et « dés » au pluriel: dés beùs, dés sous, dés vaches

 

Deux se dit « deùs » (prononcé comme « deux » ou comme « du »)

 

un : avons

 

pllén, plléne : plein, pleine

 

jhe vau/veù : je veux

Pour dire et écrire les « voyelles nasales »: quand on écrit « un » cela signifie que les dérivés de ce mot seront en « oun » (chançun/chançounié, maçun/maçounàe, mun draule/men ~ moun ami…) et chacun peut prononcer cette voyelle comme il l’a entendu « un »/ »in », « an », « on »…

Laisser un commentaire