Le parlanjhe introuvablle : istoere vraee (nouvenbre 2015)

Le parlanjhe introuvablle: istoere vraee Patricia chérche daus doçhuments su le parlanjhe pr sa draullére, qu’ét lén de la réjhiun pi çhi fét ine étuderie su le parlanjhe réjhiounàu pr sen école, pi sa mére li dessit: « Intrnét, o sufit pa! Ol at daus associaciuns, fàut vere çheù qu’a fesant! ». E la vela partie den la vile de Poitiers. A quemence au CRDP, lojhique : pr trouvàe daus précisions su in parlanjhe, pr in éspousai, a trouverat bé daus afaeres au Centre régional de documentation pédagogique. A trouve bé çhéques afaeres, mé lae çhéqu’in li dit que le patois ol ét le « parlanré »… A se dit « bun, vela in mot qu’i queneùssàe pa ». V’avéz petétre cunpris? Màe o me felit 4 jhours pr cunprendre que çhau « parlanré » ol étét ine pronunciaciun a l’espagnole de « parlanjhe » (la jota pi le « e » dit queme in « é »…), queme si ol étét in mot d’étranjhe. Ac çhau nouvea saver netre éroïne s’en vat faere le tour dau centre-vile, de la Maison de la région a l’oufice de tourime: rén! Prsoune at jhamae rén vu dire su çhau « parlanjhe ». A la région : « Mé vous avéz bé fét in calendre en parlanjhe » qu’a dessit en françaes, i o z-ae vu su vetre marea (site) ». Inun! que li desant a l’açhell, rén de rén! Ol ét yéle çhi y cunprend pu rén. Mé o l’araete pa, la vela partie a la libraerie: é lae, enfin, a trouve la pllaçhéte « Le poitevin-saintongeais, langue d’oïl méridionale » (Jean-Jacques Chevrier, Michel Gautier) çhi doune maeme in limérot de téléfoune… Ouf! Ol ét pa trop tout…. mé ol étét pa trop tar: de maeme, al aprend qu’ol at daus atelàes, daus roleas, daus CD, daus DVD, daus fàetes, de la radio…. é ine expo qu’a revénrat vere ac sa fille.

Çhéte istoere finit bén, mé cunbén qu’ariant araetai en route? Pasqu’ol ét vrae que pr trouvàe daus assavantements su le parlanjhe, fàut tocàe a la boune porte é o velér! Bréft, ol at de l’ouvrajhe su le tall pr que trtouts trouvant daus chançuns, daus dates, daus mundes praets a lés aedàe quant le chérchant a n-en saver in petit de mae su le parlanjhe de ché z-eùs. Pr que lés parlanjhes réjhiounàus séyant a la mén (pi a l’ouralle) de çhés qu’o demandant, den le service publlic pi prtout.

Laisser un commentaire