Le parlanjhe en chançun : Ema

Musicien, chanteur, Philippe Souché est auteur-compositeur-interprète, et il raconte aussi des histoires du côté de Lezay et Saint-Sauvant. La chanson « Éma » est interprétée par lui dans le CD Les Broyés du Poitou et, dans une version légèrement différente, par Christian Pacher, dans Vicinal ordinaire, où P. Souché interprète quatre autres de ses textes en parlanjhe : « Vicinal ordinaire », Le beau vélo de Marcel, Denis, L’Auberghère. On retrouvera ce texte dans « Tout dire en parlanjhe » p.37.

Su lés bords de la Dive
Tout le munde queneùssét Éma
De la Sént-Jhan aus métives
De métive a la Sént-Micha
Al at étai ma ràene
Mén petit çheùr de lila
I avàe ni pour ni paene
Quant qu’al tét a mun bra
L’oumea su la grand pllace
Ét bétout dépialai
La couvralle s’aminasse
Le garoull ét copai
Le soulell de novenbre
Bisque a me réchaufàe
I ae de la paene a cunprendre
Prdéque a s’ét nalàieSerat o Marie Éléne
Térése oubé Léa
Çhi m’outerat toute la paene
Qu’o m’at laessai Éma ?Mén amour pr yéle
S’ét alumai in sàe
De balade a Funtbéle
Den la coulàie d’in boas
La musique, la fàete
Le petit vin de Sigournàe
Nous ant virai la tàete
A Éma é a màe
Au pai d’ine palisse
Su l’érbe d’in prai bas
Sen qu’a m’enpaechisse
I ae fét rolàe sés bas
Sa pea étét si douce
Sés deùs séns si chàuds
I en ae core den la bouche
Le gout sucrai de miàu.Serat o Marie Éléne
Térése oubé Léa
Çhi m’outerat toute la paene
Qu’o m’at laessai Éma ?

É màe tout calét
Tout bén calai
Tout cuntre lai
Su le velour bllan
De sa pea de lét
I ae fét métives
En laessant galopàe més déts
É lai tout cuntre màe
A m’at dounai
Ce qu’un doune qu’ine fés
Dépeùs çhau sér la sàe de lai
M’at pu lachai jhamae jhamae.

Den mun çheùr o  boulenjhe
Den ma tàete o vat pa
I ae pérdu mun petit anjhe
Voure és tu dun Éma ?
I sé çhi pauvre diablle
Su mun lit a brallàe
Queme in besi çhi bréle
In jhour de marchai a Lesàe.
Mun petit çheùr ma ràene
Entrmi d’àutres draps
T’és bén au chàud motàie
Den lés bras d’in àutre ga
É màe pauvre diablle
I sé la a bramàe
Su lés çhais de la petite gare
Pr voure tu t’és nalàie.

O moulle su la palaene
O bouasse su lés beùllàies
I garderae ma paene
Éma revéndrat pa.

 

aus métives : aux moissons

 

 

 

la pour : la peur

l’oumea : l’orme
dépialai : effeuillé

 

la couvralle s’aminasse : l’ensemencement a l’air réussi

le garoull : le maïs

 

in sàe : un soir

 

la coulàie : la clairière

 
ine palisse : un buisson, une haie

 

le miàu : le miel

 

 

calét : dénudé, nu

 

tout cuntre lai : tout près d’elle
la sàe : la soif

o boulenjhe : ça remue, ça brasse

 

voure :

i sé çhi : je suis là, je suis ici

in besi çhi bréle : un chevreau qui bêle

 

 

 

bramàe : pleurer fort

 

 

 

la palaene : la molinie (herbe dure)

 

o bouasse : ça bruine

lés beùllàies : les chaumes

 

 O/ou, prounum neùtre, quant o se pose ine quésciun: « Serat o Marie Éléne? » (Sera-ce Marie-Hélène ?) oube pr métre apràe in « que » relatif :  » toute la paene qu’o m’at laessai Éma » (toute la peine que m’a laissée Emma).

Pr voure tu t’és nalàie: par où tu es partie.

Lai (elle), li (lui), màe (moi), tàe (toi), nousàutres/nesàutres/entrnous (nous), vousàutres/vesàutres/entrvous (vous), zeùs/yeùs (eux), yéles-zéles (elles)…

Pr lés mots çhi vous sant d’adire (qui vous manquent): dicopoitevin.free.fr oube daus dicos papié.

Laisser un commentaire