Le parlanjhe en chançun : Un cop de vesun

Le parlanjhe en chançun : Un cop de vesun (Paroles : Geneviève Charlot ; musique pi voes : Pierre Charlot).

Çhéte chançun, rén que féte, i la dédiun a çhés çhi sant loen de ché zeùs. Pierre Charlot, cunpositeùr, o jhoue pi o chante a l’émissiun Ol ét le moument dau 29 d’avrell avéc Geneviève Charlot, auteùr daus paroles: écoutéz ou !

Refrain: vous en faséz pa, ol ét rén qu’un cop
d’cafard, qu’un cop d’vesun.1 Ol ét le blues de çhàu çh’ét loén
de sun nic au bout d’la grand’pllane
de çhàu çh’ét loén de sa mésun
cachàie dare un bouéssun d’ousane.
su çhéte grand’pllane çhi vént d’la mér,
le vent d’bas vént souvent bufàe,
mé dare lés murs couvérts de liére,
o fét trjhou bun s’canijhàe!2 Ol ét le blues de çhàu çhi r’gréte
sés boes, sés rivéres, sun marae,
é lés cunches de sa Venise Vérte
pllénes de grnelles é de fadéts.
é çhéte odeùr de tére moullàie
quant o broullasse lés sàes d’étai
ou bé a l’eùre qu’o cheùt l’égall
quant la frzoe s’met a cilàe3 Ol ét le blues de çhàu çh’at màu
çhau parlanjhe çhi frlasse
é çhi fét vesounàe sés mots
pr que sa guitare lés ramasse,
pasque le sant quem’ de la viouche
çhi se croch’te den lés bouéssuns,
quem’ de la mousse dessu un’souche,
é qu’le disant de vour’ qu’le d’vént!
cop de vesun : coup de cafard
ousane : buisvent de bas : vent d’ouest
bufàe : souf ler
dare : derrière
se canijhàe : se cacher, s’abriter.
conches : canaux
o broullasse : il brume
cheure : tomber
égall : rosée
frzoe : chouette effraie
cilàe : produire un bruit ou un cri stridentfrlassàe : ; ici: murmurer
vesounàe : bourdonner; ici: résonner pour que sa guitare les capture
la viouche : la viorne, clématitede voure : d’où
devenir : venir (de)

Verbes:

“Vous en faséz pa” (ne vous en faites pa): en parlanjhe le verbe “faere” at tout le tenp le radicau “fas­” aus 3 prsounes dau plurau:

I/jhe fasun rén
vous ou dun faséz pa!
A, le/i fasant rén que de chantàe.

coume “dire” at tout le tenp le radicau “dis­” : “le disant de vour’ qu’le d’vént”(ils disent d’où il vient) :

jhe/i li disun
ve, vous ou diséz tout
A, le,/i disant jhamae rén.

é coume “venir”, “tenir” qu’avant jhamae de diftungue “ién”, é rén que daus petits chanjhements :

Le vent d’bas vént souvent bufàe (le vent l’ouest vient souvent souffler) :

I/jhe vén, vénrae…
Te, tu véns, vénras…
A, le/i vént, vénrat…
I/jhe venun…

Si vous chrchéz in “Bescherelle” dau parlanjhe, quement faere? Laurent, çhi nous ou demandit pr la Poste, sen laessàe de demourance, pet trouvàe lés façuns de cunjhugàe lés vérbes den la Grammaire du poitevin-saintongeais de Michel Gautier (Geste éditions) pi le pet écrire a parlanjhevivant@wanadoo.fr.

Laisser un commentaire