Le parlanjhe en chançun : La Chérente

(paroles : Raymond Servant; musique : Mathieu Touzot)

Çhau pouéme de Raymond Servant seyit mi en musique pr Mathieu Touzot qu’o chantit a la Jhornàie intrnaciounale dau Parlanjhe matrnàu (Journée internationale de la langue maternelle) 2016. Le tésce ourijhinau, den le grafanjhe de l’auteùr, seyit mi en émolai den Aguiaine-Le Subiet de mae-jhén 2004 (sefco17@wanadoo.fr) é ve z-ou trouveréz étou den lés tésces de la JILM 2016.

Pr o z-écoutàe, chantai pr Mathieu Touzot, pi o chantàe vous-tou: écoutez Ol ét le moument (RCF-Poitou) dau 9 de sétenbre 2016 (11 eùres oube 7 eùres é quart dau sér) oube dau 11 de sétenbre a midi oube su internet.

Si vous aviéz vaughu, Madame la Charente,
Vous ariéz bén peghu en venant dau Limousin,
Vous jhitàe den la Viéne, éle étét pa bén loén,
Mé vous avéz trouvai nous canpagnes pu pllésantes.

 

Vous vous sétz faufilàie vér Roumazières-Loubert,
En travrsant daus prais qui sentiant la vrvéne,
Désaltérant l’agnea de Mossieù La Funtaene
Laessant vacabounàe la truite de Schubert !

 

En saluant en passant les paecheùrs de Voulème,
En poussant çhi é lae, les pales d’in vieùs moulin,
Abrjhant lés garoulls de vous brumes dau matin,
Vous vous sétz ébadàie en veyant Engoulaeme.

 

Sunjhant que vous periéz pa trpassàe çhés renparts,
Vous avéz dévirai vér lés vegnes de chanpagne,
Voure le cougnat véllzit den daus futalles en chagne :
Un dit que l’y vént si bun que les anjhes boévant lou part !

 

Vous avéz vu çhés mundes qu’aliant vér Cunpostéle,
É vu Germanicus, Bernard devant sun four,
Évariste é Odéte, é d’àutres troubadours,
A sacrai brnancio, queme çhéle Séntunjhe ét béle !

 

Pi vous avéz fini pr jhéndre jhusqu’a Rochefort,
En dounant au passajhe la mén a la Boutone ;
Vous avéz visitai le grand chantié de l’Érrmione,
É portai çhés bataus çhi ariviant den lés ports.

 

Fort Lupin, fort Vasous, é fort de l’ile Madame,
L’endrét voure Lafayéte s’enbarquit in matin
Pr alàe faere la ghére den çhau péyi loéntén
Voure qu’o y at  la statue qui tént bén hàut la fllame.

 

Ecluse apràe écluse, su çhés gabares en boes
Cunbén n-avou portai de çhés grous canuns de Ruéle ?
Étiant élls pr armàe lés felles de la Rochéle ?
Ou pr lés caravéles daus flibustiés dau roe ?

 

Si vous aviéz voghu, Madame la Charente,
Vous ariéz bén peghu déssendre jhusqu’a Bordau,
Ou bén remuntre su Nante, é ménme tout pllén pu hàut !
Mérci d’ayér rendu nous canpagnes agralantes !

vaughu = velu

peghu = pu:  vere Riorte 31 Jhén 2016

 

sétz = étéz

vacabounàe = vesicàe

 

abrjhàe = abriàe, métre a l’abric

garoull= blléspagne, mayi

 

s’ébadàe= veni tout écanoui, éreùs

 

trpassàe: alàe pu lén

déviràe = viràe

 

Bernard = Bernard Palissy

Evariste = Evariste Poitevin= Goulebenéze

Odette = Odette Comandon

 

jhéndre = arivàe, avéndre (atteindre)

 

n-avou = n-en avéz ve

 

étiant= étaient

 

ayér=avér, aver, avàe, avoer

agralant= pllésant

Pr causàe en parlanjhe poetevin-séntunjhaes:

Nous canpagnes, vous brumes, lou part

Quant o n-en at mae d’yin qu’avant mae d’ine chouse ensenblle, o se dit:

nous/nos/noutrés/notrés mésuns (nos maisons), vous/vos/voutrés/votrés mésuns (vos maisons), lous/los/llous/ leùs/lleùs/lourés/leurés mésuns (leurs maisons)

Quant o n-en at mae d’yin qu’avant rén qu’ine chouse ensenblle, o doune:

netre/noutre mésun, vetre/voutre mésun, lou/lo/llou…, leù/lleù mésun (leur maison)

pi quant o n-en at yin tout seùl qu’at mae d’ine afaere: més/tés/sés mésuns

pi yin tout seùl qu’at rén qu’ine afaere: mun , tun , sun chapea (mon, ton, son chapeau), men/moun, ten/toun, sen/soun abre (mon, ton, son arbre); ma ta sa mésun (ma ta sa maison), men/moun, ten/toun, sen/soun arbe (mon, ton, son herbe).

NB : lés poussessifs çhi se finissant en -és (noutrés…) sant daus fourmes dau sud Vienne/nord Charente, çhi se revenant aus fourmes oucitanes. Le poetevin-séntunjhaes dau sud pi dau centre se revenét bé mae a l’oucitan au hàut-moéyén-ajhe (o pet se vere den la Coutume de Charroux oube den le Coutumier d’Oléron) é ol at daus afaeres de maeme çhi sant réstais parélles den la pronunciaciun, le léxique oube la gramatique.

 

A vous!

Ma seù pi màe, ______ parents devenant de vér Vivone.

Souventes fés lés parents metant lés jhouéts de  _____ draules  den ine mét.

Den le cunte de Demi-Jhàu, le jhàu uche de maeme a çhés çhi li volirant sa bourse :  »___ bourse é ___cent éçhus! Vous avéz bea couri, i vous rejhénrae bé! »

Voure qu’a réstant, _____ amies, a Quitére pi a tàe?

Remuntre (remonter)...

Bé daus vérbes sant pa trjhou parélls a l’infinitif queme en françaes:

ayér/avér/aver/avàe/avoer (avoir), muntre/muntàe (monter), remuntre/remuntàe (remonter), vivàe/vivre (vivre), véndre/veni (venir), téndre/teni (tenir), reténdre/reteni (retenir), pundre/pounàe (pondre), répundre/répounàe (répondre), pere/pever/pevàe/pouvoer/pevoer (pouvoir), devér/devàe (devoir), felér/falàe/faloer (falloir)

 

Pr lés cunjhugàe: vere den la Grammaire du poitevin-saintongeais (Michel Gautier, Geste éditions, 1993)

Pi lés vérbes régllais queme  »chantàe » pevant se dire en [e] (é), ac ine diftungue [aj] (aï), [ej] (éï), [œj] (euï) … oube ine diftungue méndresie a [a] en Vendàie-sud Deùs-Saevres, ac [i] étou devér Mirebea/Bocajhe, oube en [er] (ér) den le nord oes de la Vendàie (Marae de Challans, Nermouter]

Laisser un commentaire