Le parlanjhe en chançun : A ! Que lés fames sant bàetes…

Ine àutre chançun, rén qu’arive su le marea de Parlanjhe Vivant. Pr entendre Dany de Cornulier o chantàe. Chantéz bén ! I pevun vous dire qu’a daus noces, daus fàetes de Pacs, etc. o marche vrae bén !

A que lés fames sant bàetes dundaene

D’obéyi a lo mari dame oui

D’obéyi a lo mari  (bis)

 

I en ae yin queme lés àutres dundaene

I le fé bén obéyi dame oui

I le fé bén obéyi (bis)..

 

I lli fé baléyàe la pllace dundaene

I lli fé faere mun lit dame oui

I lli fé faere mun lit (bis)

 

I m’en va a la véllàie dundaene

Mun nigaud le réste içhi dame oui

Mun nigaud le réste içhi dame oui

 

En rentrant de la vellàie dundaene

I l’atache au pai dau lit dame oell

I l’atache au pai dau lit (bis)

 

Boune fame si tu me détaches dundaene

i te dirae grand mérci dame oui.

 

 

lo, lou, llo, llou, leù, lleù mari: leur mari. Vere lés àutres fourmes den La Riorte 33 (sétenbre 2016).

 

 

baléyàe/baliyàe/jhençàe : balayer

 

 

içhi/çhi/iqui : ici. Çheù mot vént de la forme  »iqui », queme lés démunstratifs  »queù »,  »quéle »,  »çhau »,  »çhéle »,  »çhés » venant de fourmes en [k] étou.

 

 

 

 

En rentrant : en me rendant

 

Pr causàe en parlanjhe poetevin-séntunjhaes

Quement/coument o dire : « vellàie » (veillée)

Lés mots en « àie » (« ée » en français) avec ine diftungue (aïe, éïe…) oube rén qu’avéc in « é » lun.

Quement/coument o dire :queme/coume (i en ae yin queme lés àutres) ?

Tout pllén de mots pevant se dire en « ou » (coume) oube en « e » (queme) ou sen çhéte voéyéle :

Ol ét bé quemode/coumode/qu(e)mode d’o queneùtre/counaetre/qu(e)neùtre.

Men oume/m(e)n oume/moun oume. Netre/noutre mésun ; vetre/voutre chançun.

pouvoer/pever/pere ou faere : pourat/perat/p(e)rat ell ou dire ? A pouvét/pevét/p(e)vét pa veni.

Vouloer/Velér/v(e)lér : voudrat/vedrat/v(e)drat éle ou dire ?…

Coumence z-ou dun ! Quemence z-ou dun ! Qu(e)mence z-ou dun !

Bé daus fés ine voyéle qu’ét en début de mot é qu’ét pa la derére se dit pa :
in m(e)nelogue, in p(e)ràe, in b(e)lau, in p(e)lun, qu(e)ri…

NB Coume en françaes pi den lés àutres parlanjhes d’oïl, lés voyéles pa accentuàies s’avant évesibllai en fin de mot pi den lés mots étou é core pu souvent en parlanjhe. A sant écrites en grafanjhe nourmalesi sauve den çhéques mots (tia = teyàu, grandzir=grandesir). A s’entendant bé pu souvent en françaes dau sud de la France (queme en oucitan).

Laisser un commentaire