Lire

5-la-papote1La Papote, de Yannick Jaulin avéc lés mirolures de Samuel Ribeyron (en françaes pi en parlanjhe).

Mimosa ét ine draullére çhi vit avéc sés deùs seùrs, sen parents é sen aver de quàe. Mé in jhor, un marchand éspéciàu li vend ine papote, ine catin de guenelle çhi fét daus crotes en or quant un li chante ine chançun :

A la balote

Marie-Charlotte

Qui fait des crottes

Pour sa papote

http://www.didier-jeunesse.com/livre/la-papote/

5-la-papote2

 

Nàu

6-noels_poitou_livretA prpous de la Nàu (Noël), savéz ve qu’ét o qu’ol ét qu’in naulét ? Pi lés galétes de Nàu ? Si v’avéz daus recétes de çhés gateas, envéyéz lés nous, i o ferun passàe pr çhés-la-la qui vedriant n-en faere.

É ve savéz petétre qu’en parlanjhe la buche ol ét la « coce » é la « coce de Nàu » ol ét le trfoujhàu, la grousse coce çhi se metét den le foujhàe a la Nàu é çhi brulét jhusqu’au Prmàe de l’An. Le « trfoujhàu » ét den le titre dau « Nàu tot nouvea cunposi pr Perot Su lés cérémonies que nous fasun en l’entour dau trfoujhàu, la vélle de Nàu » (Nàu dau XVIIe siècle, qu’i pevun lire, ac béréde d’àutres, den Chants traditionnels de Noël en Poitou-Vendée, présentais é revirais pr Michel Gautier, Geste éditions, 2003, é den Trente Noëls Poitevins du XVe au XVIIIe siècle ( H. Lemaitre et H. Clouzot, Niort, 1908. Réimpr. Laffitte Reprints, Marseille, 1978), avéc lés musiques.

É pr n-en écoutàe, pi n-en chantàe avéc, ol at lés CD Chants de Noël et de protestation Arantèle-La Soulère, pi Noël en Poitou, Guillannu (ARCUP-UPCP, Cerizay).

N-un trouverat çhau Nàu vrae alant den Tout dire en parlanjhe étou, avéc in dire çhi vat de la Nàu a la Sént Jhan, çhi sit coulli en ençhéte de Marie Mallard (La Chapelle-Palluau,Vendée,17 décembre 1986), pr Michel Gautier pi daus jhénes dau lycée Pierre Mendès France de La Roche (85) :

6-chants-de-noel-et-de-protestationDictun avéc Nàu :

De petit Nàu a grand Nàu,

Lés jhors élunjhant d’in pas de jhàu.

De grand Nàu a la chandeleùr,

L’élunjhant d’ine eùre.

De la chandeleùr au moes de mar,

D’une eùre troes quarts.

Au moes d’avrit,

Encore in petit.

Au moes de mae

Encore in petit mae.

É a la Sént-Jhan,

Le sant trtots grands.

 

In Nàu a queneùtre

Den çhau nàu paru au XVIIIe séclle, bé jhoyous, ol at daus disaenes de nums d’endréts dau Poetou (daus 3 départements d’aneùt), d’Aunis , de Séntunjhe pi d’Angoumois, voure que le parlanjhe se cause. O s’en ferat in paréll en oucitan de Chérente, Le Noël de Thevet, ac d’àutes nums d’endréts, bé sur. Si çhéqu’in pet ou chantàe, su l’aer de  »Au saint Nàu », o nous éntéraesse ! O se remarque que çhau nàu ét pa trop agralant ac lés Lemousins, mé surtout qu’ol at daus afaeres de touts lés endréts çhi sant noumais. O se remarque étou le mout  »prelonge » (ici : parlanjhe, façon de parler, éloquence)

Noël gaillard contenant toutes les villes, bourgs, villages et contrées de la province de Poitou et encores quelques provinces, villes et lieux adjacens, dans La Bible des Noëls tant vieux que nouveaux composez en l’honneur de Notre Sauveur Jesus–Christ, & de la Vierge Marie. Exactement revûs et corrigez. A Poitiers, (Chez Jacques Faulcon. Impr. ordinaire du Roy & Mons. l’Evêque). Avec permission 1731, (328 p.)
Ce Noël se trouve aussi dans le recueil Trente Noëls Poitevins du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Lemaitre et Clouzot, 1908, réimpr. Laffitte Reprints, 1978.

Sur [air]: Au saint nau

Les pastoureax de Poitez,
Nau, nau,
Qui menant joyouse vie,
Furant touz les beax premés,
Nau, nau,
Qui euriant la renoumie
Que Naulet etet naquu de Marie,
Et pre nous douni la vie
Etet decendu daux ceaux,
Nau, nau, nau,
Etet decendu daux ceaux.

Car cinq ou six gaudenoz
Nau, nau,
Ine net ben fredillouse,
Virant in onge daux ceaux,
Nau, nau,
D’ine beaté mervouillouse
Qui clamet, la Merdé, de grondes chouses,
Et d’ine façon joyouse
Diset : « Vené chonti nau,
Nau, nau, nau »,
Diset : « Vené chonti nau ».

Aussitouz, Perrin Morea,
Nau, nau,
Ayont pris sen ecritoire,
Barbouillit in grond rolea,
Nau, nau
Car gl’etot demi notoire.
L’envoyant afin de faire notoire
Toute qualle belle affoire
Aux bregers et pastoureax,
Nau, nau, nau,
Aux bregers et pastoureax.

Quond dons daux autres humeax,
Nau, nau,
Le pus rompli d’habilesse
Oguit lu quiou buletea,
Nau, nau,
In chaquin faset largesse,
S’apretant oque ine gronde vitesse
Pr’ alli boutré lour caresse
A quiou petit ré daux ceaux,
Nau, nau, nau,
A quiou petit ré daux ceaux.

Les premés qui venguiriant,
Nau, nau,
Furant quales de Croutelle,
Qui tretouz se chargirant,
Nau, nau,
De beacop de bagatelle
Fate au tour, pre douni à la pucelle
Qui d’ine façon nouvelle
Avet infonti I’agnea,
Nau, nall, nau,
Avet infonti l’agnea.

Aprés, de ben grond matin,
Nau, nau,
Vinrant quales de Vendeuvre ;
Gle trouvirant en chemin,
Nau, nau,
In grond degourdi de levre,
Se mirant pre le gripi à le sevre
Mais sans en aver la fevre,
Gle se moquit, ma fé, d’eax,
Nau, nau, nau,
Gle se moquit, ma fé, d’eax.

Puz venguirant de Vouneil,
Nau, nau,
De Biard et Busserolle,
De Lavaux et Jazeneil,
Nau, nau,
O in chaquin sa flageole,
Et donsonz au son d’ine gronde pibole,
Dont Matelin Croquesolle
Jouit tout à bea Journau.
Nau, nau, nau,
Jouit tout à bea journau.

Dau couti de Mirebea,
Nau, nau,
Venguirant de boune grace
Cinq ou six sur in gazea,
Nau, nau,
Mais gl’oguirant lour disgrace.
Le baudet au bea mitan d’ine place
Les jetit dans ine gace,
Dont gle furant ben penauz,
Nau, nau, nau,
Dont gle furant ben penauz.

Les bregers de Lusignan,
Nau, nau,
Qui savant tourni ben l’haste,
Dounirant in boa dozain,
Nau, nau, nau,
 bounhomme Friquemasse
Patissi, pre mettre ine poule en paste.
Peux venguirant à la haste,
Accoutris touz queme o faut,
Nau, nau, nau,
Accoutris touz queme o faut.

Mais o fut gronde piti
Nau, nau,
Qu’o venguit de Menigouste
In grond vilain degouti,
Nau, nau,
Qui in fricassit la croute,
Et diset, ayont ben rompli ses coutes,
Qu’o pourret etre sans doute
In grond chen noumé Roujau,
Nau, nau, nau,
In grond chen noumé Roujau.

Les gronz marchonz de naveax,
Nau, nau,
Sont touz venuz de Lancloestre,
In disont à quiou fillea,
Nau, nau,
« À ! bonjour, noutre bon moestre !
Vous plest ou daux choux et de la pourie,
Daux ognons et chicourie,
Pre mettre dons voutre pot,
Nau, nau, nau
Pre mettre dons voutre pot? »

« Y ve dounran ben aussi,
Nau, nau,
Daux melons et daux concombres,
Dau serfueil et dau preseil,
Nau, nau,
Et de I’ail in trés grond nombre
Pre frouti tout le poin de voutre mere
Et iquou do voutre pere.
Phelipon dounra la sau,
Nau, nau, nau
Phelipon dounra la sau ».

Richeleu et Chatelraud,
Nau, nau,
Avecques Foye la Vinouze,
Qui aviant ben daux metaux,
Nau, nau,
Daux peces dons lour fouillouse,
En venont, achetiront tont de chouses
D’ine valour pretiouse
Qu’o n’en fut jamais d’itaux,
Nau, nau, nau,
Qu’o n’en fut jamais d’itaux.

Les pastoureax de Thouars
Nau, nau,
Qui aviant la renoumie
D’etre de vaillonz soudarz,
Nau, nau,
N’aviant [ren] qu’ine epie
Pre tretouz, incore si fort rouillie
Qu’o leur foguit ine armie
Pre la tiri dau fourea,
Nau, nau, nau,
Pre la tiri dau fourea.

Bresseure, Hervaut et Saint Join,
Nau, nau
Venguirant la matinie,
Montmorillon, Saint Savin,
Nau, nau,
Se mirant de compagnie.
Mais, ma fé, dans toute lour assomblie
N’aviant gronde fricassie
Pre douni au petit Nau,
Nau, nau, nau,
Pre douni au petit Nau.

Niort, Les Sables et Marans,
Nau, nau,
Fontenai et La Rochelle,
Chargi de tont de presenz
Nau, nau
Pre douni à la pucelle, \
Daux ribans, daux carcans [et] daux dontelles
Qu’o foguit ine aridelle
Pre porti tout lour fardea,
Nau, nau, nau,
Pre porti tout lour fardea.

Melle, La Mothe et Luçon,
Nau, nau,
Prevoirant à la mangeaille,
Se garnirant de foesons,
Nau, nau, \
De pigeons et de poulaille.
Mais Sensays, Lavocea, Cursé, et P[r]aille,
Chargi de foin et de paille,
Songirant aux animaux,
Nau, nau, nau,
Songirant aux animaux.

Xointe et Saint-Jon d’Ongeli,
Nau, nau,
Chebetoune et Angouleme
Etiant in poai etouni,
Nau, nau,
N’ayont point trouvi de creme;
Mais Ruffec oguit devontage d’e[r]me
Car gl’en avet pre li meme
Sarri in grond plein sea,
Nau, nau, nau,
Sarri in grond plein sea.

Partenez et Saint Moison,
Nau, nau,
Disont que tout quiou bagage
N’etet pas bon pre I’infont,
Nau, nau,
A cause de son poai d’age,
Li firant in accoutremont de sarge
Et, queme on dit au menage,
Li brochirant in calaud,
Nau, nau, nau,
Li brochirant in calaud.

Chauvigni ben jolimont,
Nau, nau,
En venont à I’assomblie,
De fine fleur de fromont,
Nau, nau,
Apportit ine sachie
Et dau let ine grond pleine seillie
Pre foire de la bouillie
Au petit infont nouvea,
Nau, nau, nau,
Àu petit infont nouvea.

O venguit sans convii
Nau, nau,
Ine viloine trolie
De Limouzins affami
Nau, nau.
Mais toute noutre assomblie
Lour dissit que les raves en (la) Judie
N’etiant gueres estimies,
N’y ayont point de pourceax,
Nau, nau, nau,
N’y ayont point de pourceax.

Quand (ne) fumes in in canton,
Nau, nau,
Michea d’in joli prelonge
Nous venguit foire in sermon,
Nau, nau,
De la vision de l’onge,
La Merdé ! d’ine façon si etronge,
Gle fit tont pre sa louonge
Que nous foguit chonti nau,
Nau, nau, nau,
Que nous foguit chonti nau.

Aprés que gl’eut ben prechi,
Nau, nau,
Avecques son bea lingage,
Pre [touz] nous amorechi,
Nau, nau,
Et pre foire le veage
Ayont pris ine boune fé de brevage
Pre rameni son courage
Gle cheminet queme o faut,
Nau, nau, nau,
Gle cheminet queme o faut.

Aprés Jon, Perrin Morea,
Nau, nau,
Songirant à la Rougette,
Les jouours de chalumeax,
Nau, nau,
De chevrie et de musette,
Aprés que Nicolas Fesseburette
Cornet dedons sa trompette
Queme quond le four est chaud,
Nau, nau, nau,
Queme quond le four est chaud.

Aprés, sons aver bougi,
Nau, nau,
Venguirant pre lez darreres
Les troupeax ben arongis,
Nau, nau,
De bregers et de bregeres
Qui tretouz fasiant si gronde chere
De donsi de tau manere
Qu’ils en mouriant de chaud,
Nau, nau, nau,
Qu’ils en mouriant de chaud.

Etont tretouz arrivez,
Nau, nau,,
Pre devont Ia manjouere,
Perrin Morea le premé,
Nau, nau,
Dissit, fasont sa priere :
« Mon mignon, pre I’amour de voutre mere,
Tiré nous de la misere,
De la taille et de la sau,
Nau, nau, nau,
De la taille et de la sau. »

Le bounhomme Jon Guiton,
Nau, nau,
Qui creet de son village
Aver le pus bea pepon,
Nau, nau,
Voyont in si bea visage,
Affremit n’aver en son parentage
Auquin d’in si bea corsage
Qu’etet quiou petit fillea,
Nau, nau, nau,
Qu’etet quiou petit fillea.

Aprés nous li ofiriran,
Nau, nau,
Tout noutre petit bagage
Et devont li donsiran,
Nau, nau,
La couronte de village
Gle riet et de tout noutre attelage,
Gl’ agreït moult le panage
Qui fut mis à son calaud,
Nau, nau, nau,
Qui fut mis à son calaud.

Aprés aver ben donsi,
Nau, nau,
O foguit maugré nous meme
Notre bagage troussi,
Nau, nau,
Jouset jurit pre sen erme
Qu’igl n’avet point incore connu n’erme,
Qui oguissiant ogu I’e[r]me
Que nous autres pastoureax,
Nau, nau, nau,
Que nous autres pastoureax.

Mais en nous en revenont,
Nau, nau,
Eurian in poai de fach(e)rie
De quitti quiou bel infont,
Nau, nau,
Né de la verge Marie
Qui nous doint à tretouz joyouse vie
Et foin de melancolie,
La grace de chonti nau,
Nau, nau, nau,
La grace de chonti nau.

Laisser un commentaire