Le parlanjhe en chançun : Le tenp daus ceràeses

Didier Lernould revirit en parlanjhe la chançun de Jean Baptiste Clément et Antoine Renard « Le temps des cerises » (1866-1868) é o seyit mi den Bernancio 102 (2011). Jean-Baptiste Clément, bé dau tenp apràe aver écrit çhéte chançun, l’ofrit a ine sognouse (infirmière) que l’avét rencuntrai au moument de la Coumune.

Quant i chanterun le tenp daus ceràeses
Jhoyous roussignou, é mérle moqueùr
Serant trtouts de fàete !
Lés béles arant la foulie en tàete
É lés amourous dau soulell au çheùr !
Quant i chanterun le tenp daus ceràeses
Subllerat bén meù le mérle moqueùr !

Mé l’ét bén courtàud, le tenp daus ceràeses
Voure l’un vat cha deùs çheùllir en raevant
Daus pendelles d’oralles…
Ceràeses d’amour aus robes parélles,
Cheùsant sou la feùlle coume goutes de sang…
Mé l’ét bén courtàud, le tenp daus ceràeses,
Pendelles de jhenét qu’un çheùlle en raevant !

Quant vous y seréz au tenp daus ceràeses,
Si vous avéz pour daus cagnes d’amour,
Échivéz lés béles !
Moe qui ae pa pour daus paenes cruàudes
I pourae pa vivre sen qu’i soufre in jhour…
Quant vous y seréz au tenp daus ceràeses
Vous aréz oussi daus cagnes d’amour !

I aemerae trjhou le tenp daus ceràeses,
ét depeùs çhau tenp qu’i garde en mun çheùr
Ine cope d’uvérte !
É dame Fortune, bén qu’a me séjhe oférte
Garirat jhamae le màu de mun çheùr…
I aemerae trjhou le tenp daus ceràeses
É la souvenence qu’i garde en mun çheùr !

 

Lés mots :
Pendelle (strophe 2) = pendrlle : pendeloque. Échivàe (strophe 3): éviter ; (strophe 3) : chagrin ; pour (= paour, pàu = peur) : peur. Ét dépeùs çhau tenp (strophe 4)= ol ét… cope (strophe 4): bllaessure.
lés ceràeses, lés prnes, lés màeles/mraeles, lés paeres/poeres, lés poumes, lés cacaus, lés fràeses/màusses, lés rasins… E quement que se noumant lés abres qui dounant daus ceràeses ? Lés ceresàes/cerisiés… Cuntinuéz ac lés àutres abres.
Cha yin(e), cha deùs (strophe 2), cha tràes/troes, cha quatre… : par deux, un par un, par trois… Ve queneùsséz petétre l’istoere dau coucou çhi veùt pu réstàe apràe lés métives pasqu’ol avét felu que le passe lés jhérbes é que l’ajhace li desét « Cha quatre ! Cha quatre ! Cha quatre ! » : ol étét bé top dur pr li ! Ve pevéz entendre çheù petit cunte-mimolojhime (=mimologisme = paroles imitant in brut, le cri d’in osea…) den le CD Paroles du Mellois (UPCP-Métive), dit pr Marcel Sicaud.
çheùllir (strofe 2); cheùre (strofe 2 : cheùsant) ; çheùr (strofe 4), çheùre  (ol ét pa den la chançun): quatre mots pa parélls. Fàut çheùllir (pronunçàe « tcheullir ») tot pllén de flleùrs de cochéts (= pissenlits) é pa lés faere cheùre (= tomber) avant de lés çheùre (= cuire) avéc dau suc pr n-en faere ine boune cunfiture. « çheùlli » queme « çheùr » é « çheùre » se dit avéc « tch » au début, tandis que « cheùre » se dit queme « chat », « chàud »… en bufant ou pa su le « ch ».
i chanterun (nous chanterons), i pourae,  i soufre, i aemerae (je pourrai, je souffre, j’aimerai) : en poitevin-saintongeais le même pronom sujet (« i » ou « jhe ») s’emploie pour dire « je » et « nous ». De la même façon, en français : « il(s) », « elle(s) » comme en parlanjhe : « le » ou « i(ls) », c’est le même pronom qui s’emploie pour dire « il(s) » ou « elle(s) » au singulier ou au pluriel.
lés vérbes de brut : bén meù le mérle moqueùr ! (strofe 1)

A vous !
Finisséz lés frases avéc in vérbe de brut : le vent………… . L’abelle………… O…………a la porte. O ……………. den la palisse. Sa biciclléte……………… O ………… den çhau moteùr. Lés feùlles mortes ………….. dessou lés pais.

Ve pevéz cuntinuàe avéc in dico oube avéc le jheù Ecoute-zou.

Laisser un commentaire