Le parlanjhe en chançun : L’éntrnaciounale

Çhéte çhançun, écrite en 1871 en françaes pr Ujhéne Pottier (1816-1887), pendant que Thiers dragounét la Coumune de Paris, seyit reviràie en parlanjhe pr Michel Gautier den le Bernancio 96 de mar 2009. La musique ét de Pierre Degeyter (1885). A partir de 1904, o seyit l’ime de l’Éntrnaciounale ouvrére. Retrovàe le tésce françaes. Ol ét la vrsiun de 1887, la mae queneùssue, çhi seyit reviràie en parlanjhe.

A d’bout ! lés danais de çhau munde !
A d’bout ! arçhinous de la fém I
La résun toune so sa bunde,
Qu’o vat débundàe a la fin.
Le passai, cuntun lou pr rén.
Soulas éscllave, a d’bout ! a d’bout !
Le munde vat chanjhàe de soutre !
É peùsqu’i sun rén, séjhun tot !

Refrén

Pr la lute finale,
Jhéndun nous, é demén,
L’Éntrnaciounale
Serat tot l’ordre oumén.

D’en hàut, o vént pa de sauvours,
Ni Dieù, ni César, ni tribun.
Fàut qu’i nous sauvun, nous, fasours !
Qu’o séjhe in sauvement coumùn !
Pr que le volour désengoule,
Pr tiràe de prisun l’aeme,
Bufun noutre forjhe nous maemes,
Batun le Fér quant l’ét bé chàud !

L’État acache, la loe mentit,
L’énpous segne le malurous.
Le devant jhamae rén, lés grous.
Le drét dau pauvre ét afasi.
I avun assé péri sujhits.
L’Égaletai veùt d’àutres loes :
« Pa de dréts sen devoers, qu’a dit ;
Égàus, pa de devoers sen dréts. »

Le sant zirablles su lou hàut,
Lés roes daus mines peù daus ralles.
Avant éll jhamae fét rén d’àutre
Que de gripàe noutre travall ?
Den lés coufres de la loubrie,
Ét noutre ouvrajhe quicoulit.
A récllamàe qu’a séjhe rendue,
Le péplle veùt rén que sun du.

Lés roes nous souliant de fumàies,
Pés entr nous, ghére aus tirans !
E boucun itou aus armàies,
Crosse en hàut é çhitun lés rens.
Si s’atinant çhés canibales
Pr faere de nous daus héros,
Le sarant bétout que nous bales
Erant drét a nous jhénéràus.

Ouvràes, paesans, i sun trtouts
Le grand parti daus travallours.
La tére, al apartént qu’aus oumes,
Lés nivassous érant allour.
Tant d’aloubis nous ravalant,
Mé si lés groles, lés vautours,
Yin de çhés matins, s’évolant,
Le souléll raeyerat trjhou.

 

Lés mots :

strophe 1 : A d’bout ! : debout !; arçhinous : qui peine au travail, ici : forçat ; soulas : foule, troupe, troupeau ; soutre (in) : base, fondement.

Strophes 1, 2 et 4 : séjhun : soyons ; qu’o séjhe : que ce soit ; qu’a séjhe : qu’elle soit.

strophe 3 : acache : appuyer, comprimer (ici) ; afasi : çhi sért a rén, vain ; sujhit : dépendant.

strophe 4 : zirablles: dégoutant, répugnant, laid ; gripàe : saisir, voler ; loubrie : troupe, bande.

strophe 5 : boucàe: bouder, refuser d’avancer, faire la grève ; s’atinàe : s’acharner.

strophe 6 : nivassous : oisif.

strophe 7 : aloubi : insatiable ; ravalàe : se repaitre.

L’érant , le sarant (strophe 5), a serant, al arant

Alàe au futur : al érant (elles iront)

Saver/savoer au futur : a sarant (elles sauront)

Étre au futur : a serant (elles seront)

Aver/avoer au futur  : al arant (elles auront)

 

A vous !

Te y (alàe au futur) tot seùl é te (saver/savoer au futur) bé d’o faere. Sinun ol (aver/avoer au futur) çhéqu’in çhi (étre au futur) çhi pr t’aedàe.

Cuntinuéz tot seùl, chantéz ou, pi ve pevéz écrire d’àutres paroles étou !

Laisser un commentaire