Le parlanjhe en chançun : La chançun de Neùvile

In Jour en aubant de Nuville, En m’en venant d’ine àutre vile…  Bien des versions de cette chanson ont été recueillies, publiées et interprétées différemment. La version ci-après, interprétée par André Pacher dans le CD Chants de protestation (UPCP-Métive), y est présentée comme « chanson de contestation »   : « o fàut pa nous faere oublliàe atou qu’i sun çhi den in péyis jhustement qui s’apele le péyis « protestant » pasqu’ol at oghu tot pllén de protéstaciun… den le tenp qu’ol at dounai daus jhents qu’un apele daus protéstants é çh’avant pa oghu le droet de protéstàe… ça, pendant luntenp… » (« il ne faut pas oublier également, que nous sommes là justement, dans un pays qui s’appelle « protestant » parce qu’il y eut beaucoup de protestation autrefois et ça a donné des gens qu’on appelle des protestants et qui n’ont pas eu le droit de protester pendant longtemps… »).

D’autres versions sont parues en particulier dans la  Notice du patois vendéen de La Réveillière Lépeaux (1753-1824, édité à Niort, Clouzot, Fontenay Vendée, Fillon, 1867, p.44-51 et partition p. 79), avec commentaire et traduction en français, et dans Jérôme Bujeaud, Chants et chansons populaires des Provinces de l’Ouest, Niort, Clouzot, 1866, tome 2, p. 246. Parmi les versions recueillies en enquête plusieurs ont été publiées dans En Bretagne et Poitou (J.Le Floch, éd. Modal-FAMDT, enquêtes de Guéraud, références, analyses, 2 volumes).

 

1 En m’y venant d’ine àutre vile
Vénghi vér la vile de Poetea (bis)
Le disant bé oui qu’ol étét
Qu’ol étét ine si jholie vile
I n’ae jha vu la vile màe
Lés mésuns m’en avant enpéchai
I n’ae jha vu la vile màe
Lés mésuns m’en ont enpêché

2 I arivi bé su n-in carea
O y avét in grand oume de pàere
Le desiant bé oui qu’ol ét noutre bun roa
Çhi nous fesét si bén la guiare
I li tiri t-in cop de chapea
Le m’argardit tant serment pa.
I li tiri…

3 I ae bé rentrai den ine égllise
Lavoure la màesse se disét
L’étiant bé çhi cénc ou bén sis
Çhi débagoudiliant la grand màesse
I créyàe qu’o serét tantout fét
Dau diablle s’o n-en finissét.
I créyàe…

4 O n-en avét bé core in àutre
Den ine bourgne çh’étét muntai
Çhi torcét la goule, qui trpét daus pais
Çhi fesét faere cénc cents menigances
Çhi torsét la goule qui trpét daus pais
Ve z-ariéz jhurai que l’étét gatai.
Çhi torsét la goule…

5 L’aviant pendu pr daus ficéles
L’ou dandiniant i sé pa ce qu’ol ét
Ol arsenbllét a n-in réchàu
L’ou dandiniant encore de pu béle
Si i n’avàe pa pris garde a màe
Le m’ou z-ariant foutu pr le nàe.
Si i n’avàe pa…

6 O y avét bé daus demoeséles
Çh’étiant abellàies a touts lés jhors
O lés desét a tots lés jhors
Qu’al y veniant de chaufàe leù four
O lés desét…

7 Dés que la màesse fit finie
I me sé aprchai de la sortie
In grand soudard qui m’atrapit
Pasqu’i pissàe  de cuntre soun armoàie
I prni més deùs jhanbes a mun cou
I me sé rendu pissàe ché nous.
I prni…

 

 

Lés mots

Strophe 1 : en m’y venant de : en revenant de ; venghi : je vins. Le texte est au passé-simple, avec des verbes à l’imparfait et à d’autres temps. Recherchez-les ; jha : pas, pas du tout

Strophe 2 : in grand oume de pàere : in grand oume de piére = ine éstatue.

Strophe 3 : lavoure   = voure   ; débadigouliant   = débagouliant : causiant de trop pr rén dire de cunséquent. Le pésan protéstant dichquete la relijhiun catolique en fesant queme si le cunprnét rén.

Strophe 4 : bourgne : corbeille; torçàe   la goule : faire des grimaces ; trpàe daus pais : frapper du pied  (ou des pieds) ; gatai : enragé (ou fou, ici).

Strophe 5 : le m-ou z-ariant foutu pr le nàe : ils me l’auraient foutu dans le nez.

Strophe 7 : de cuntre soun armoàie : près de son armure (armàie : armée ; armoàie semble s’expliquer comme les mots poén = pén ; quemoençàe = quemençàe… par l’ajout de [w] noté « o » après les consonnes « p », « m »…)

 

A vousàutres   !

Pr chantàe : pr ou chantàe, v’avéz l’aer den le CD Chants de protestation d’André Pacher pi surement allour. Ve trveréz l’aer en hàut de çhéte pajhe.

« En m’y venant d’ine autre vile… » :  ve pevéz cuntinuàe de vetre façun pr faere vere daus afaeres que v’étéz pa d’assent, pr éxenplle « En m’y venant d’ine àutre vile, passi pr la vile de Calaes/Calais… »

Tranlaciun : pr étre pu surs, ve pevéz oussi reviràe le tésce en françaes é nous ou envéyàe a parlanjhevivant@wanadoo.fr. I vous répounerun avéc pllési.

Laisser un commentaire