Le jheù d’aluéte obe le jheù de la Vache, séte

« Ugéne, a cause que te m’as fét le segne de la vache ? »
« I t’ae pa fét le segne de la vache ! I ae avançai la goule quant t’as sorti tun paquét de jhitanes mayi ! »

Sia ! le jheù de la vache se jhoue en causant pi en se fesant daus segnes ! A cha cardes maetràesse, ol at ine mine a faere çhi prmét de faere queneùtre sun jheù a sun parçounàe. Vela lés segnes :
– Mossieù : levàe lés élls ou bedun lés usses
– Madame : la goule en coén obe penchàe la tàete
– Le Borgnàud : tour d’éll
– La Vache : faere la meùgne, pllatàe la goule
– Grand neùv : muntràe le poucét
– Petit neùv : muntràe le riquiqui
– Deùs de chagne : muntràe le loridét obe levàe le loridét pi le màetre dét
– Deùs d’écrit : faere formance d’écrire
– As : ballàe la goule
– in jheù feblle obe vrae feblle (misaere) : levàe lés épales obe faere ine grimace

La darnére vrsiun dau jheù ét ine vrsiun « pédagojhique ». De fét, lés segnes a faeres sant marcais su lés cardes.

 

La dounàie pi lés segnes

Lés éçhipes sant fétes pi le jhoueùr qui fét la dounàie a étai désegnai. Lés cardes sant dounàies a cha troes de la gàuche vér la dréte é ol en fàut neùv pr cha jhoueùr. Lés dose çhi restant alant au talun. (Ol ét poussiblle de jhouàe au chant si lés jhoueùrs sant d’assent : lés dose cardes dau talun sant partajhàies entr lés deùs jhoueùrs a gàuche dau dounour, qui ragant sis cardes de leù choes au talun)

Ol ét a çhau moument que lés jhoueùrs quemençant a se faere, a la poufe, lés segnes qu’i avun vu pu hàut pr dire sun jheù a sun parçounàe. Ol ét poussiblle d’o faere durant tote la partie. Bé sur, o fàut asséyàe de voer lés mines de l’àutre éçhipe !

O pet se fére le segne diréc de la carde é o pet étou étre fét ine àutre mine en disant « au-dessu » obe « en-dessou » quant qu’ol at in diférend de yin nivea en su obe en moén, ou maeme en disant « au-dessu de la-dessu » obe « en-dessou de la-dessou » pr dire qu’ol at in diférend de deùs niveas.

Exenplle pr in jheù avéc le Borgnàud pi le Petit neùv : te muntres tun poucét (segne dau Grand neùv) pi te dis « i ae en-dessou pi au-dessu de la-dessu ».

Ol at souventefoes in menour den ine éçhipe (çhau qu’at le mae de jheù ou bedun qui sét de jhouàe le meù) pi in menai. Si deùs parçounàes avant ine misaere, le pouvant décidàe de dounàe le poent sen jhouàe.

 

Lés levàies

O se jhoue den le sens daus aguelles d’ine muntre. Le jhoueùr a gàuche dau dounour quemence é lés jhoueùrs font neùv levàies. Ol ét pa oubllijhai de métre la maeme famelle obe de métre pu fort. Ol ét la carde la pu forte qui renporte le pllét. Çhau-la qui gangne le pllét rejhoue. O cause béréde durant ine partie, a daus foes pr dire a sun parçounàe queù carde jhouàe :
– « A màe de rén ! » pr dire a tun parçounàe de jhouàe ine petite carde pr quemençàe é que te te charjhes dau pllét é maeme dau jheù.
– « Méts a la force ! » pr dire de jhouàe ine carde de force moyéne pr éprouàe l’àutre éçhipe.

Quant que lés deùs pu grousses cardes dau pllét avant la maeme force, le pllét ét pr prsoune é le maeme jhoueùr quemence. Ol ét le jheù du pouri obe jheù d’autant. O pet étre ine vrae tactique de jheù : pr voer venir obe pr faere mordiéne.

Faere mordiéne, ol ét gangnàe en fesant tots les dérnàes plléts d’afile sen en avoer fét avant. Pr éxenplle, si lés troes àutres jhoueùrs avant fét 2 plléts chaquin, le jhoueùr qui fét lés troes dérnàes plléts fét mordiéne. Faere mordiéne ramene 2 poents a l’éçhipe.

Pr prévenir sun parçounàe qu’un veùt faere mordiène, le segne ét de se mordre le balot. O pet étou se dire a voe hàute en début de manche, mé o pet étre refusai pr l’àutre éçhipe. Si ol ét refusai, le poent ét dounai a l’éçhipe qu’at anunçai mordiéne. Si l’àutre éçhipe ét d’assent, la partie se jhoue alore en 10 poents.

A vous de jhouàe asteùre !

Laisser un commentaire