Ine fablle de la Fontaine en parlanjhe : Le loup et l’agneau

I vous prpousun deùs vérsiuns de la fablle de La Fontaine Le loup et l’agneau en poitevin-séntunjhaes : yine de Ujhéne Charàe, qu’i avun présentai den le livre de Pierre Rézeau, é ine àutre de Henri Burgaud des Marets.

O fàut savoer que tot pllén de fablles avant étai écrites en parlanjhe dépeùs Burgaud des Marets au 19e jhusqu’aneùt. I pevun citàe Edouard Lacuve (1828-1899) de Melle (79), pi pu tard Marcel Douillard (1898-1987) de Challans (85) ou bén Arsène Garnier (1921-2004) d’Aizenay (85). Souventefés pu lunjhes que çhélés-la de La Fontaine, çhés fablles fasant vere lés façuns de vivre daus mundes pi le parlanjhe avéc béréde de mots réjhiounàus.

Le louc é le gna – Ujhéne Charàe

In tout petit gna, in gna de l’annàie,
Qui venét a pénne d’étre détriai,
Buvét a la rouére ine réciàie,
A l’unbre d’in grand puplié.
Quant ll’at aghu bu d’eàu courante,
En tournant la tàete, pr asard,
Le vit ine bàete qu’avét l’aer méchante,
Qui se drcét desso in chagne taetard.
Al le regardét avéc envie ;
Un arét dit qu’étét in chén,
Mé pa queme lés chéns de moetaerie :
Ll ’avét lés poels béréde moén luns.
Étét le louc. Le vela qui s’aproche :
« Quement se fét o, dissit ell au gna,
Que tu véns boere men eàu so çhéte roche ?
Savàes tu pa qu’étét a màe ? »
Le petit gna trenbllét queme la félle :
« Si i avàe su qu’o ve dérenjhét,
Fit ell, i aràe bu den la sélle ;
Ine àutre foes, i ve dérenjherae poet.
– Assé, i veù pa que tu me répundes.
L’annàie dérgnére, tu m’as prtout
Fét passàe pr la goule dau munde,
Éspéce de sale moutun crotous !
– I vivàe pa l’annàie dérgnére,
I ae pa pu dire dau mal de vous.
– Si ét pa tàe, ol ét tun fraere.
I o sé bé que ve m’en veléz trtouts.
– I sé tout seùl, queme ine pauvre petite bàete ;
I ae jhamae quenu ni fraere ni seùr.
– Assé, ét grand tenp qu’ol araete.
Ét o possiblle d’étre si menteùr !
Pi, apràe tout, pa tant de magnére,
I en ae assé de tés cunplliments. »
Le louc le prent den sa machoere,
Le l’écrapoutit entr sés dents.
détriai : sevré
la rouére : la rivière
ine réciàie : un après-midill’at aghu bu : il a eu bu (oghu)

 

un arét dit : on aurait dit

béréde : beaucoup

dissit ell : dit-il

eàu : aeve

savàes tu pa ? : ne savais-tu pas ?

 

la sélle : le seau (le sella)

 

 

Si ét pa tàe : si ol ét pa tàe

Ét grand tenp : ol ét grand tenp

Omission de o/ol

 

Le l’écrapoutit : il l’écrasa

Eugène Charier, Fables en parler vendéen, éd. Sodirel, 1976 (1re éd. 1929)

 

Le louc é l’igna – Burgaud des Marets

Originaire de Jarnac, Henri Burgaud des Marets (1806-1872), avocat à Paris, a été un des premiers au 19ème siècle à s’intéresser à la langue populaire et à publier des fables (Fables en patois charentais, 1849). Plusieurs autres recueils de « fables et contes », un glossaire, des monologues… ont suivi. On peut consulter ses différents recueils en bibliothèque à Saintes, Cognac, La Rochelle.

In malingoén ét i le pu fort,
Çhélés-la qu’i veùt batre avant trjhou prou tort.
S’o y at dés sént-toumas, qu’i lisant çhéte istoere.
Au bea mitan dau prai qu’arouse la Beloere,
In jhor dés oelles meriéniant ;
I jholit igna négre é bllan
S’aprchit dau russea pr boere.
Çheù paure chér amit ! em ! o me senblle encoere
Le voer, queme s’ol étét aneùt !
Il argadét sa meman é trenbllotét la pour.

Vela qu’in louc, cati cuntre in boessun de moures,
Le fiscant li dissit sti qu’i dit : « Toe, tés queùt ! »
I se metit a grougnàe, peù duvrant sa grand goule
I s’ébrasit : « Jhe t’y pren, enjhance de chéti !
Jh’ou voe ben, ol ét toe qu’as fét çhéle rigoule,
Pr que l’aeve, calin, vénjhe pa dusqu’iqui.
Tu veùris que de sér jhe fasisse ma crve.
Dépeùs quatre ans ença jh’en ae b’oghut la prve.
– O ! fét poén, mossieù le louc, que l’igna repounit.
Jhe ne seù nai-naessut que dépeùs la Sént-Piare ;
Demandéz ou, s’ou pllét, au borjhoes qu’ét la dare.
Qui vous at enpaechai de boere tout voutre souc ?
Ol ét de voutre coutai que l’aeve vént, mossieù le louc.
D’alleùr, prtout a brunze, agare.
– Ae jhi menti, alore que le bigre d’animàu s’ébeùgllit en furie ?
– Oéll… fét poén, repounit çheùl igna, vous en prie,
Mossieù le louc, mossieù le louc, me faséz poént de màu.
– Jh’ou voe ben, que dessit le louc, maline bàete !
Pr m’alichàe t’és venu iqui faere voer ta tàete,
A seùle fin que t’és borjhoes, qui sant pr la catis,
Me ballissiant ine roulàie. »

Su çheù paure inocent le calin s’élancit,
En mile mourceas l’éssartit,
E n’en fasit qu’in goulàie,
Queme in silan d’in échardrit.

in malingoén : garnement

meriéniant : se reposaient

russea : ruisseau

trenbllotét la pour : tremblait de peur

cati : tapi – moures : mûres

sti qu’i dit : dit-il (incise figée qui ponctue souvent les récits en Saintonge ; en Poitou on dira « que le dessit »)

calin : coquin – iqui : ici

veùris : voudrais – de sér : ce soir

b’oghut = bén oghut

 

a brunze : elle déborde

agare : regarde

 

me ballissiant : me donnassent

 

l’éssartit : le déchira

in silan : une couleuvre

in échardrit : un chardonneret

Burgaud des Marets, Fables et contes en patois saintongeais, 1930.

 

– Dans la Fable d’Eugène Charier, comment comprenez-vous la phrase « tu m’as prtout fét passàe pr la goule dau munde » ?

– Le pronom sujet peut être omis, surtout à la première et à la troisième personne. On retrouve par exemple fréquemment : ét de maeme : c’est ainsi, ét vrae : c’est vrai,  fàut bén crére : il faut croire, sans doute.

– Notez l’emploi du subjonctif imparfait dans la fable de Henri Burgaud des Marets : fasisse (fisse), ballissiant (donnassent). L’imparfait du subjonctif est d’un emploi relativement fréquent en parlanjhe. Connaissez-vous quelques exemples ?

– A vous !

Mae d’ines de çhés fablles avant entrai den la tradiciun ourale : ol ét poussiblle de lés entendre, mae d’in siéclle apràe leù paruciun. Ve pevéz en aprenre yine ou deùs pi diséz-ou obe météz-ou en séne.

Ve pevéz étou écrire ine fablle en raport a aneùt.

 

 

Laisser un commentaire