Le parlanjhe en chançun : le rap daus quotas

André Pacher (1939-1999) originaire de Beaussais (Deux-Sèvres), a été un des membres fondateurs des Pibolous et de l’Union pour la culture populaire (UPCP) en Poitou-Charentes-Vendée.

Dans cette chanson, extraite de la pièce de théâtre Vilajhe a vendre/La Grande Banissére (interprétée par Christian Pacher), comme dans l’ensemble de son action, André Pacher a été le défenseur passionné et convaincant de la langue et de la culture de son pays.

Produiséz produiséz !
Quatr-cents éctares de bllai, arousai,
Vàut meù que daus lumas su deùs éctares de challs,
Ine annàie qu’o moulle pa, vàu !
Ol ét l’égalitai !
Çhàus çhi sant su la palle, çhàus çhi fasant dau bllai,
Produiséz produiséz !
Ol at daus sous dounais, pr produire trjhou mae,
D’àutres pr araetàe, vàu !
Faere é défaere ét trjhou travallàe.
Produiséz produiséz !
Ol arat daus quotas, qu’ét o qu’ol ét, qu’ét o qu’ol at ?
Qu’ét o qu’ol ét çheù, lés quotas ?
Ol ét pr qu’o cote hàut, core bé pu hàut, vàu !
Acote z-ou, acote z-ou pa,
I a-, i a-, i acote prtant pa.
Ol ét çheù lés quotas.
Quement, quement, t’o cunprens pa ?
S’ol at la cocote, o vat.
S’ol at pa la cocote, o vat pa.
La cote aus quotas cheùt a bas,vàu !
Acote z-ou, acote z-ou pa,
Ol ét çheù, lés quotas.
Quement, quement, t’o cunprens pa ?
Ia-, ia-, i acote prtant pa.
O doune pa quant o doune,
O doune quant o doune pa.
Ine vache çhi cote, o fét dau màu.
Cope li lés cornes, a coterat pa, vàu !
Acote z-ou, acote z-ou pa,
Ol ét çheù, lés quotas.
Quement, quement, t’o cunprens pa ?
I a-, i a-, i acote prtant pa.
De la viande crvàie enfarinàie,
Ét o la vache çh’ét fole, ét o tàe ?
S’ol ét ni lai, ni sun lét, ni sun vea,
Ét o tàe, ét o pa tàe ?
Çh’o sarat ? Mén, i o sé pa.
Acote z-ou, acote z-ou pa,
Voela ce qu’ol ét lés quotas.
Produiséz produiséz !
Ol ét den nos caesses qu’o vat, vàu !
daus lumas/cagoulles : des escargots
challs : cailloux
o moulle : il pleutmae : plus, davantage
vàu/oéll/sia : oui

 

 

 

ol arat : il y aura

 

acote z-ou : supporte-le, tiens le coup (Acotàe signifie aussi « bégayer », d’où le jeu de mots)

la cocote : la fièvre aphteuse
cheùt a bas : tombé à terre, descendu au plus bas (ici)

cote : donne des coups de tête, frappe

 

 

 

 

 

 

 

 

çh’o sarat ?:  qui le saura ?
mén /màe/moe : moi

André Pacher La Grande Banissére. Vilajhe a vendre, Geste éditions, 1997

Çheùques ésplliques :

Qu’ét o qu’ol ét, qu’ét o qu’ol at ? Le pronom personnel neutre « o/ol/ou/oul/z-ou »

Ol ét l’égalitai. Ol at daus sous. Ol arat daus quotas.

Acote z-ou, acote z-ou pa, o vat. O doune pa quant o doune.

Le pronom neutre « o », sujet ou complément, peut se présenter sous les formes : o/ol/ou/oul/z-ou ; et il se traduit de plusieurs façons en français, où il n’existe pas de forme équivalente : ol at (il y a) ; ol ét (c’est) ; o doune (ça donne) ; doune z-ou (donne-le).

On le retrouve en occitan, sous différentes variantes, seulement comme complément.

 

Daus lumas, daus quotas, dau bllai pi daus chançuns  L’ARTICLE DAU(S)

« Dau »/ « daus » est la forme la plus fréquente de l’article indéfini et partitif, au singulier et au pluriel. On dit aussi :

  • dous chançuns (Mellois) : la fin daus/dous chançuns
  • dés chançuns, dés cagoulles : au pluriel en saintongeais, on emploie la forme « dés »

 

chall, trjhou, cheut : CH et JH

Les sons notés « ch » et « jh » se prononcent dans une grande partie de la zone linguistique (en Saintonge et dans le Poitou méridional et central, au sud du Marais de Challans en Vendée) en arrière et avec une expiration. On ne retrouve cette prononciation ni en occitan ni en français ni dans les autres langues d’oïl.

Laisser un commentaire