Noutre butàe

Faere queneùtre pi aemàe le parlanjhe poetevin-séntunjhaes

Faire connaitre et apprécier la langue poitevine-saintongeaise d’entre Loire et Gironde

Prdéque ?

Pourquoi ?

- parce que, aujourd’hui, le parlanjhe peut intéresser de nombreux jeunes et moins jeunes, comme moyen d’expression et de création : chansons, théâtre, radio, etc.

- parce que c’est un moyen d’expression et de communication qui mérite d’être mieux connu. Il sert depuis des siècles à l’oral et à l’écrit au quotidien et dans des créations diverses : dans des chansons, des devinettes, des contes, des journaux, du théâtre, des monologues, de la poésie, des récits… Ce patrimoine linguistique doit être mieux connu et accessible à tous ceux qui le souhaitent.

- parce que, sous le nom de « patois », il est encore trop souvent considéré comme une sous-langue, alors qu’en réalité il est minorisé, comme des dizaines d’autres langues de France, par l’absence d’enseignement et de place dans les médias et dans la vie publique. Il fait partie, de ce fait, des 2500 langues en danger selon l’Unesco.

- parce que la défense de la diversité linguistique est utile à la vitalité culturelle d’une région, d’un « pays », d’une commune.

Notre action pour la langue régionale poitevine-saintongeaise s’inscrit dans le cadre de ladéfense de la culture populaire, avec l’UPCP (Union Pour la Culture Populaire en Poitou, Charentes et Vendée) et tous ceux qui s’intéressent au parlanjhe et aux langues minorisées.

Pour en savoir plus, écrivez-nous :parlanjhevivant@wanadoo.fr ou envoyez-nous vos questions par le forum.

Vos commentaires

  • Le 9 octobre 2013 à 19:08, par Célestin Rochereau

    Prdéque touts çhés « prdéque » ?

  • Le 10 octobre 2013 à 23:38, par Liliane

    I cunpren pa bén la quéciun : ol at le mot « prdéque » rén qu’ine foes (i ariun pu métre « a cause ? » oube « pr quàe ? ») pi apràe ol ét daus répounances : ol en at de trop ?

    mérci d’o précisàe…

  • Le 18 novembre 2014 à 22:13, par Bastien

    Marcit pr voutre acciun, de faere counétre noutre parlanjhe aus àutres.

    E pi a moe aussi car i seù encore in draule (^-^) (20ans) é pi jh’aeme noutre parlanjhe, nos léjhende , nos istoere, noutre çhulture … 🙂

  • Le 18 novembre 2014 à 23:19, par Parlanjhe Vivant

    S’ol at daus afaeres en parlanjhe/su le parlanjhe que te vedràes vere oube entendre su çhau site, te nous ou dis : si i o pevun, i tacherun moéyén d’o métre.