Lés chàuces (Geneviève Bouffard)

 [1]

Lés chàuces

Élas ! Élas !
Voure ét o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

1 Lés chàuces de nos grands-méres
Çhés chàuces de lane, çhés chàuces négres
Un lés vayét jhamae entéres
Un en vayét finalement ghére
Jhuste entr le tradiciounél patin
E le bas dau cotellun
Ol at que quant al étiant den le jhardin patroullàies
Qu’un lou trouvét ma foes une béle forme alunjhàie
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

2 Se poullàe den une chàuce, la jhanbe levàie
Réussi a fixàe de chaque coutai,
Lés quatre jharetéles égaràies
Çhés jharetéles, voéll, çhi se cachiant içhi-ilae
Un tatounét, un fourgallét pr lés coéncàe
E quant un lés avét enfin sou lés déts
La chàuce, lai, avét ripai jhusqu’au molét
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

3 E ol avét çhéles çhi ribouliant ou çhi se godalliant
Mal retenues pr daus viélles jharetéles souvent
E bé lés fames çhi lés portiant çhés chàuces
Al aviant pa boune pràesse
Nun, al aviant pa boune renoumàie
A daus cots al étiant maeme vite degoullàies
Pasqu’ol étét a la couture de la chàuce
Qu’un vayét si ine fame avét in petit de cllasse !
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, nos chàuces ?

4 A l’école, in jhou, al aliriant, trtoutes, toutes lés draulàesses
Den le jhardin a la dame ramassàe daus màusses
A galopiriant, a se dépéchiriant tant é si bén
Qu’en se penchant a fasiriant vere tout… ce qu’a possédiant
A çhés draules çhi lae-bas lés ghétiant
A ! l’aviant tout vu au-dessu lés chàuces bén sur,
Mé… pr lés màusses… é bé o sayit brnique
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

5 Pu tard ol at étai l’époque dau nilun ! A ! çhés chàuces
Ol ét vrae, al étiant pa bén épaesses
E prtant al étiant bé core pa mal chàudes.
E ma foe bén douces mae que rén
Quant le boun ami y passét la mén.
A ! o felét pa s’acrochàe, al étiant vite filàies
Ine malle étét poet facilement ratrapàie
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

6 E lés grands méres d’avoure ol ét qu’a portant daus colants, daus caleçuns
A oéll, ol at chanjhai en ùn rén de tenp
E pi çheù ét bén pu benaesai a enfilàe
In mouvement deçae in mouvement delae
E un ét praet a cavalàe.
Pa besén de zieutàe den le mirour
Si la couture ét dréte, si un at l’aer guenellouse
Ce qui cunte ol ét qu’o faut faere vite de nos jhous
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, çhés chàuces ?

7 Nos chàuces çhi ripiant su nos jhanbes
Çhi remuntiant hàut, hàut
Tout en hàut
E le hàut de la chàuce ét all pa pu pllésant
Que le bas de la chàuce ?
Élas ! Élas !
Voure ét-o qu’a sant passàies, nos chàuces ?

Notes

[1] Geneviève (Ginette) Bouffard écrit à la fois du théâtre, des poèmes, des récits en parlanjhe ou en français et a le souci permanent de transmettre la langue et la culture de la région. Elle a publié en particulier un recueil de poèmes bilingues en parlanjhe Gens de chez nous au cœur du Poitou et plusieurs récits à Geste éditions (Geneviève Proust-Bouffard, Fille de la terre en 1997, Paroles de père en 2000, Au Pied de la glycine en 2002 et Le Jardin Secret d’une mère en 2005) et. Elle a créé le cours de parlanjhe à Vouillé (79) et animé pendant longtemps l’émission La fricassàie sur D4B, ainsi qu’un groupe de théâtre. Elle a aussi participé à plusieurs concours d’écriture en langue régionale. Plusieurs de ses textes en parlanjhe ont été publiés dans la revue de la SEFCO, Aguiaine-le Subiet.