Lés grands parapuis blleùs (Geneviève Bouffard)

 [1]

Lés grands parapuis blleùs Geneviève Bouffard

Én… que vous avéz bé trtouts içhi queneùyu
Çhés beas, çhés grands parapuis blleùs ?
E dessou vous en avéz bé vu de çhés brjhéres
Avéc toute une épaessou de jhupes é ine devantére
Assites au pai d’ine palisse bén a l’abri
En gardant in soulas de baetes a daus foes pa bén aesàies a arami
E voéll, çhés brjhéres, a lés reteniant, çhés parapuis entr l’épale é le cou
E a disparaessiant présque cunpllétement çhi-dessou.
A coutai, le chén, li, assis su sun dare, sen en avér l’aer
Survéllét avéc in ell bén émissai
Totes lés bàetes çh’étiant pràetes a muçàe.
Quant la brjhére avét ine visite, le galopét au-devant
En remuant la couéte tout in petit moument.
A ! ol étét souent le boun ami çh’enjhanbét ine muce
Pr veni surprendre la brjhére çhi, a daus foes, l’atenét pa !
Le chén le queneùssét bén, le sautrllét, sen brut, dare li
Le li luchét lés taluns, le se fasét tout petit.
Quant le se retrouviant, çhés jhénes, apràe çheùques jhous _Ol étét daus bijheries, daus bijheries a en rendre jhalous
Çhàus çhi se teniant den lés palisses bén cachais
E çhi birélliant tant que le pouviant de çhau coutai !
O durét a daus foes, ol ét sur, luntenp,
Le chén jhiaulét en lés regardant.
Ol avét maeme daus mouments qu’ol étét a bas qu’o roule
Le parapui blleù, li, virét, virounét
Pr s’envolàe, la cne en hàut.
Quant ol araetét a la fin de se bijhàe
Tout roujhes, lés ells tot écrcallais
O regardét bén vite den le chanp
Vere si lés vaches aviant poet muçai a daus tenps,
E quant o réstét pu que çheùques taurilluns
O metét pa luntenp a rajhustàe lés cotelluns.
E la paure brjhére tot ébourifàie
Galopét avéc sun batun den le chanp voesin, éssouflàie
Pr ramenàe bén vite lés égaràies.
E, mé, vesàutres, içhi… vous étéz bé trtouts au courant
De ce qu’arivit in jhou, a çhau paure Jhan.
L’alét, ét-o pa, aus chanps a la brjhére,
Lae-bas, a coutai de sun grand chantié vér Léspiniére
Le labourét avéc sés jhements, la grande vrsane
Quant le veyit passàe, a motié seràie, lés bàetes a sa Susane.
Le se dépechit é le decit : « E… tant pi pr lés écoéssuns ! »
L’atachit bé lés deùs jhements, le lou dounit in picotin
Le travrsit le ranpi a coutàe çhi
E… le le veyit bé, tae, le grand parapui blleù
Çhi se drsét, le lun de la palisse, lae-su.
E la Susun lai étét motàie den lés foujhéres a in endrét bén frtai
Lae-bas au pai dau pu grand fragne futai.
A ! l’étét cuntent, l’étét cuntent. Jhan
L’alét la seràe bétout den sés bras sa Susun !
L’avét le çheùr çhi rabatét çhi deden.
L’aprchit… l’aprchit tot cha petit, sen brut
E… quant le seyit présque rendu
Le soulevit le grand parapui blleù
Pr le dessu…
E pi… é pi… qu’ét-o que le veyit
Mé… qu’ét-o que le veyit
La memae Sidonie çhi rigolit, çhi rigolit
E çhi dessit
Pr dessu sés lunétes d’in petit aer chéti
« E ! bé… nun tu veùs, mun petit Jhan
Aneùt la brjhére, ol ét pa ta Suzun ! »
E noutre paure Jhan
E bé le s’en retornit, pardi, bén mal cuntent.
Pa rae qu’ol en at bé içhi, çhi se requeneùssant
Den l’istoere a çhau paure Jhan

Notes

[1] Geneviève (Ginette) Bouffard écrit à la fois du théâtre, des poèmes, des récits en parlanjhe ou en français et a le souci permanent de transmettre la langue et la culture de la région. Elle a publié en particulier un recueil de poèmes bilingues en parlanjhe Gens de chez nous au cœur du Poitou et plusieurs récits à Geste éditions (Geneviève Proust-Bouffard, Fille de la terre en 1997, Paroles de père en 2000, Au Pied de la glycine en 2002 et Le Jardin Secret d’une mère en 2005) et. Elle a créé le cours de parlanjhe à Vouillé (79) et animé pendant longtemps l’émission La fricassàie sur D4B, ainsi qu’un groupe de théâtre. Elle a aussi participé à plusieurs concours d’écriture en langue régionale. Plusieurs de ses textes en parlanjhe ont été publiés dans la revue de la SEFCO, Aguiaine-Le Subiet.